mardi 2 novembre 2010

Tessons et Cailloux #1

Recommencer la semaine avec une semaine de retard, pleins de cailloux-coquillages dans la poche et des tessons pour refracter la lumière du jour. 
Belle fin de semaine, à peine plus loin qu'ici, au bout des pieds du train; Le sourire sur le quai est tellement large que même dans cette ville presqu'inconnue, j'ai l'impression de rentrer à la maison. Les jours et soirs qui s'ensuivent en vrac sont comme des gourmandises. Un goût de ville de nuit, de mots par dizaines et de rires tout autant. Des rencontres fugaces et plaisantes. Le picotement de la chartreuse, le même que celui de devoir partir pour affronter la semaine à venir. La force de la chartreuse, la même que celle donnée par ces douces heures. 
Et puis quand l'allemand a remplacé le japonais, quand des papilles engraissées se sourient devant les "tendres ailes" panées, quand il suffit d'un "knock knock knock Penny - knock knock knock Penny- knock knock knock Penny", se dire qu'entre ces deux week-end je trouve une belle place et que la ville grise me reverra bientôt. Il y a des complicités trop précieuses ici pour risquer de passer à côté.

3 commentaires:

Amélie a dit…

, et j'ai un sourire bête.

Tifenn a dit…

Jusqu'au bout des ongles ma copinette

Geai a dit…

La force du rouge est avec nous, définitivement... La ville est un peu plus vide que prévue mais l'important c'est de prendre le temps ^^